Rions un peu : De la « tenue de ville » à observer au lycée hôtelier

Publié le par Sen

Vous vous rappelez, quand j’ai dit au début de mon aventure au lycée hôtelier que le règlement intérieur était très strict, notamment en ce qui concerne la tenue vestimentaire ? Et bien, certaines personnes bien intentionnées poussent le concept à un tel point que ça en devient risible. Dans le bureau de l’association de parents d’élèves (qui officie principalement dans la fourniture de vêtements et matériels professionnels à prix – normalement – réduit), une petite affichette figure bien en vue sur le tableau en entrant à gauche. Elle est composée de mannequins découpés dans de fameux catalogues de vente par correspondance et collés dans deux colonnes, façon « Bien / Pas bien » afin de faire comprendre aux jeunes filles les plus sottes ce qu’elles ont le droit de porter ou non ! Oui, il n’y a que des filles sur l’affichette, parce que pour les garçons, il y a tout de suite moins de choix, c’est chemise et cravate sur pantalon de ville. Alors exit la jupe au dessus du genou, le décolleté quel qu’il soit, exit aussi la jupe portée avec des bottes, seule la « chaussure de ville » à talons modérés a droit de cité ici (la chaussure de mémé, quoi). Interdits également le débardeur ou encore les tongs (eh, on est quand même à Marseille !! Le col roulé en mai, c’est abuser !!), etc…

Il arrive quelquefois qu’une inspection des élèves soit faite le matin en arrivant à 8h, par le proviseur ou son adjoint et que les contrevenants rebelles soient renvoyés dans leurs pénates. Je n’ai pas encore assisté à ce type de scène, mais pourtant certains membres de notre promo ont eu droit à quelques réprimandes assez cocasses, surtout quand on a le malheur d’essayer de faire de l’humour en y répondant ! Une de mes collègues, par exemple, portait un pantalon qui manifestement ne remplissait pas le fameux critère « de ville » qui semble s’appliquer à toute tenue décente ici et elle n’a rien trouvé de mieux à répliquer que effectivement, c’était sûrement un « pantalon de campagne » !

Mais n’ayant dans l’ensemble finalement pas trop de soucis de ce côté-là, plus ça va et plus la promo s’accorde de licences délictueuses (ouais, ça en jette comme expression ;-) vis-à-vis de l’ordre établi. C’est ainsi que mon collègue rebelle de la cravate dès le premier jour, a désormais très bien assimilé cet élément particulier de sa tenue, tout en laissant peu à peu sa chemise sortir négligemment par-dessus un pantalon plus « baggy » que « de ville », reposant sur des baskets de type skater ! Alors ajoutez à cela un déplacement très nonchalant et des mains scotchées à ses poches…
Enfin, pour finir sur le sujet, j’ai eu moi-même récemment à en découdre avec une parent d’élève de l’association mentionnée plus haut à propos d’un bijou : je porte une bague d’oreille, en métal argenté, à l’oreille gauche. Je la retire en atelier (ce n’est pas un piercing, ça tient juste en entourant le lobe de l’oreille), mais la plupart du temps je la porte. Et bien voilà-t-y-pas qu’à l’association une parente d’élève l’aperçoit (quelle idée aussi de m’attacher les cheveux !) et m’interpelle, limite hystérique : « ha la la ! Mais c’est interdit ce que vous portez là ! Hou la la ! Si on vous voit avec ça ! » Une fois revenue de ma surprise, je l’enlève, lui montre que ce n’est pas un piercing et lui signifie également que je la retire en atelier. Qu’à cela ne tienne ! Elle vocifère de plus belle et m’indique qu’il faut qu’elle le signale ». Pardon ? Qu’elle signale quoi ?? C’est de la délation ça ! Non en fait, elle veut juste ajouter l’objet du délit à la « liste des vêtements et accessoires prohibés dans l’enceinte de l’école ». Bon, et bien je finis par prendre ce que j’étais venue chercher et la laisse à son devoir : créer probablement une annexe 21-8A à la circulaire 24B concernant l’article 7 du règlement intérieur sur la présentation des élèves…

Non pas que je me rebelle contre l’autorité ou défende ma liberté d’expression vestimentaire (j’ai passé l’âge), je comprends parfaitement qu’il est important d’enseigner aux élèves que leur futur métier - et c’est encore plus vrai pour ceux qui travailleront dans des établissements de grand standing - les amèneront à faire preuve d’une présentation soignée et sans fausse note et que se comporter au lycée hôtelier comme sur un lieu professionnel est un bon entraînement à cela. Je voulais juste relever les dérives, d’un côté comme de l’autre, qui font que certaines situations, par excès de sérieux, finissent par être drôles… et puis, l’époque de l’uniforme a l’air bien dépassée aujourd’hui, chassez l’individu, il revient au galop !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

sacafleurs 29/03/2008 22:56

Bon allez je vais lacher un autre commentaire paske je viens de me rendre compte que j'en suis deja à la saison 2 et ke j'ai mis qu'un seul comm!!!!Un peu blasée kan j'ai lu la premiere fois que les piercings etaient interdits dans le lycée hotelier paske j'aimerais moi aussi un jour y mettre les pieds, et paske j'en ai 2 aux oreilles, en haut, un à l'arcade et un au milieu de l'oreille... Et franchment impossible de les rater! J'avais avant aussi comme toi une boucle qui se clip sur le lobbe en face du tragus mais j'ai opté y'a 2 ans pour le piercing. Bref, j'habite pas Marseille et j'espere que c pas partout pareil!! Parce que tu parles de tenue correcte, ce qui je suis d'accord est une bonne chose pour preparer à un avenir professionnel, mais un cuisinier en general passe la plupart de son temps dans sa cuisine dc est-ce qu'on peut m'expliquer POURQUOI le piercing est interdit????Je sais pas si t'as la reponse mais ca m'interesse!Merci et franchement super blog!PS: je connais les chaussures de securité blanches, c celles qu'on te file GRATIS kan tu fais une mission interim en restauration (generalement collective). Deja une chose de moins à acheter! :p

Cigale 21/11/2006 23:15

Sen,L\\\'interdiction des tongs, c\\\'est à cause de moi ! Toute la 1ère semaine, vu la chaleur qu\\\'on a eue en Octobre, je suis venue innocemment au lycée en tongs et personne ne l\\\'a  vu (des jolies, pas en plastique genre plage, mais forme tong quand même) jusqu\\\'à ce que ta coordinatrice préférée tombe un oeil dessus et soit au bord de l\\\'apoplexie, d\\\'où la note et le rajout des tongs sur la liste, "parce qu\\\'on pourrait se faire mal". Et tu as oublié aussi les bottes, les talons aiguilles, les pantalons dont la longueur n\\\'atteint pas la cheville ou dont les ourlets ne sont pas faits. D\\\'ailleurs, ça fait très peu de temps que les pantalons sont autorisés pour les filles ...J\\\'ai eu droit plusieurs fois au comité d\\\'accueil du matin  dans le hall (proviseur + proviseur adjoint + un 3.ème larron) qui te scrute des pieds à la tête, c\\\'est très efficace.En fait; le look Camif serait parfait, mais comme tu le dis, on a passé l\\\'âge de la provoc et de la rébellion par la tenue vestimentaire. Mais on a aussi passé l\\\'âge et perdu l\\\'habitude d\\\'être limités dans ce domaine, et le peu de temps que j\\\'ai passé habillée avec mes "vraies" fringues pendant le stage, c\\\'était bien !J\\\'aime bien ta nouvelle formule "petit format plus lâché".

4largo 20/11/2006 17:47

Je te trouve quand même trés zen dans ta réaction,  perso je l'aurais certainement envoyée sur les roses la parente d'élève. Mais bon j'ai toujours eu du mal avec l'autorité imposée...

Sen 20/11/2006 17:52

héhé... ouais, mais moi je suis une (trop, parfois) gentille fille alors je commence toujours par réagir diplomatiquement. C'est plus quand on y met la dose ou quand on récidive que je pète un câble. En fait, je laisse aux gens le bénéfice du doute la première fois! ... ce qui a ses inconvénients vu que pour certaines personnes quand on ne réagit pas trop la première fois, ils croient qu'on peut y aller franco toutes les fois suivantes!

Imasens 20/11/2006 00:12

Bonjour,Je découvre votre blog aujourd\\\'hui, j\\\'en ai lu déjà de nombreux chapitres car votre parcours et vos questionnements m\\\'intéressent beaucoup. Je me pose aussi beaucoup de questions sur mon avenir professionnel, et je m\\\'interroge pas mal sur ma passion pour la cuisine. J\\\'espère pouvoir prendre le temps de développer ce point à une autre occasion.En tous cas, je pense que votre doute est légitime, sans doute les lecteurs viennent chercher de l\\\'information, comme sur un site Internet, sans forcément éprouver le besoin d\\\'écrire à leur tour.Le nombre de lecteurs attestent que votre blog présente un intérêt certain. Et je vous encourage d\\\'ailleurs à continuer !! Tout le monde n\\\'a pas votre verve ou encore votre facilité à s\\\'exprimer par l\\\'écrit.Peut-être vos articles sont-ils un peu trop long en fait. J\\\'ai l\\\'impression que l\\\'outil internet ne se prête pas énormément aux contenus qui dépassent la page, cela reste à mon avis un moyen de communication rapide avec une multitude d\\\'informations brêves (ce qui ne veut pas dire simples ou vides de sens), par rapport aux livres ou aux documentaires. Voilà pour mes premières impressions !!

Sen 20/11/2006 17:37

Bonjour!et merci pour ton commentaire et ton soutien! Je me sens un peu géné par ton vouvoiement, la blogosphère m'ayant habitué à moins de convenances... je prends donc la liberté de te répondre en "Tu"!!!En tout cas merci d'avoir pris le temps de me laisser tes impressions, tu constateras sur le dernier article que je viens de mettre en ligne ("le coup de gueule de la semaine") que j'ai fini par tenir compte des remarques et suggestions qui m'ont été faites!!à bientôt de nouveau sur ce blog j'espère!Sen