Finalement, vivement les vacances!

Publié le par Sen

Bouh que je fatigue ! Non pas que je me lasse de ma formation, bien au contraire ! Mais c’est juste que je n’aime pas cette période de l’année, c’est là que j’entre traditionnellement en hibernation pour ne retrouver pleinement mes capacités qu’au printemps prochain. Et encore, cette année je n’ai pas à me plaindre car la quasi-inexistence de l’automne et l’arrivée tardive du mauvais temps a largement prolongé les bienfaits de l’été. Mais maintenant, ça y est, le Vieux-Port est sous une pluie dense et continue, les jours raccourcissent bien trop, le ciel est si gris et bas qu’on se croirait dans ma Picardie natale et je commence à montrer les premiers signes de fatigue hivernale !

Il faut dire que le début de la semaine a été chargé et aussi mouvementé. Oui, car ce lundi un signe particulièrement frappant de ma baisse de forme est venu s’inviter dès le matin pour ensuite me pourrir toute ma journée : comme tous les lundis matin, je commence ma semaine par un TP de cuisine à 8h pétantes. Et comme tous les lundis matin, le temps de réveil effectif de mon esprit est un peu plus long que les autres jours. C’est ainsi que moi, mon cartable de cours et ma grosse valise à roulettes contenant ma tenue et ma mallette à couteaux quittons l’appartement à 7h pour prendre le métro puis le bus qui m’emmène au lycée, à l’autre bout de la ville. J’attrape au passage les journaux gratuits du jour, que je parcoure dans un demi-sommeil le temps du trajet. Je finis par arriver au lycée et comme à chaque fois que je prends le bus à cet horaire, je dois m’extraire péniblement du véhicule bondé avec tout mon chargement. Et bien ce lundi, c’est une fois que j’ai rejoint mes collègues dans le vestiaire que je m’aperçois que quelque chose cloche : ma main gauche a déposé ma valise à roulettes et ma main droite n’a rien à poser par terre ! ESPECE DE PROFONDE IDIOTE ! Tu as oublié ton cartable dans le bus ! Ton cartable avec tes cours mais aussi ton portefeuille, tes papiers, ton porte-monnaie, les clefs de chez toi et ton téléphone portable !!!!!!
Là, l’aspect positif, c’est que j’ai achevé de me réveiller instantanément! Et dans la poignée de secondes qui ont suivies, j’ai couru à l’accueil du lycée où j’ai téléphoné à la compagnie de bus afin de leur signaler mon oubli en précisant la ligne de bus et son horaire. J’avais glissé mon sac entre deux sièges pour prendre moins de place, avec un peu de chance personne ne l’a vu et il y est encore… La régie contacte le chauffeur par radio : pas de sac. Et merde. Je re-coure jusqu’aux vestiaires où mes collègues très charitables me collent un téléphone portable, un ticket de bus et 20 euros dans les mains. Ma mission est : trouver la personne la plus pertinente à appeler, trouver un moyen de rentrer chez moi et faire la liste de toutes les démarches urgentes à faire, comme bloquer mon compte, mon téléphone, déclarer la perte du sac, changer les serrures, etc… Et plus la liste des conséquences s’allonge et plus je fais la gueule dans le bus qui me remmène chez moi. Entre temps, c’est mon copain qui n’était pas encore parti travailler que j’ai appelé. Du coup, il est resté à l’appartement jusqu’à ce que je revienne et m’a ouvert.
Heureusement, le scénario catastrophe s’arrête là pour aujourd’hui, sans doute un jour de chance : la première chose que je fais en rentrant est de consulter le répondeur de mon téléphone fixe, en me disant que si une personne honnête a pris mon sac, c’est là qu’elle appellera. En effet j’ai bien un message, mais il s’agit de la compagnie de bus qui a finalement retrouvé mon cartable et m’invite à venir le chercher… à l’autre bout de la ville, là d’où je reviens précisément. Ouf, c’est déjà ça. Maintenant, il faut qu’il ne manque rien… Mais ça c’est sûrement trop demander. Quand la personne du bureau de la régie me rend mon sac, elle en a fait l’inventaire et semble déjà savoir que mon téléphone est manquant… Hum. C’est la seule chose qui manque, tout le reste est là : argent, portefeuille, clés… « Quelqu’un aura sûrement fouillé le sac et pris le téléphone » me dit-on… Oui, et on aura gentiment laissé le portefeuille, c’est ça ! Enfin, tant pis, on n’accuse pas sans preuve et puis je suppose que j’ai déjà atteint mon quota de chance pour la journée, le jeu à gratter que je me suis achetée dans l’après-midi pour vérifier et qui m’a fait perdre 1 euro était là pour me le rappeler ! ;-)

Voilà donc pourquoi ce début de semaine a été si éprouvant. Bien entendu j’ai du affronter le lendemain les sarcasmes de toute ma promo. Le pire, c’est qu’ils n’ont pas tort, j’ai probablement fait le truc le plus stupide de toute ma vie ! C’est complètement PAS moi, ça ! Ce qui est drôle, c’est que ce lundi matin dans le vestiaire en m’apercevant que j’avais oublié mon sac dans le bus, ma première phrase a été « ho merde ! J’ai fait mon Emilie ! » du nom de ma copine-binôme qui elle a coutume de tout perdre et tout oublier !! Comme quoi…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Imasens 11/12/2006 18:02

Bonjour,Ces posts montrent à quel point on a pas vraiment confiance dans notre prochain ... Si cela peut te rassurer, j'ai perdu plusieurs fois clés, portefeuilles, autres vêtements, et la plupart du temps, je les ai retrouvé, mais pas toujours je l'avoue. A Marseille, j'avais retrouvé le sac d'un gars  en bas de chez moi, dehors, avec tout l'atirail pour me faire passer pour lui ... et bien je lui ai même rendu les sous !Voilà, c'était mon anecdocte à moi !!

Corinne 09/12/2006 01:47

Ton post m'a tenu en haleine et finalement je suis bien contente qu'il se soit terminé ainsi. Ouf ! Tant mieux pour toi. Cela me rappelle le jour où c'est moi qui ait trouvé le sac d'une "tête en l'air" :-). J'ai feuilleté dans son agenda pour trouver son numéro de téléphone et la rassurer au plus vite. Le hasard avait voulu que ce soit une journaliste de TF1 et que son carnet d'adresses répertorie toutes les coordonnées des stars de la chaîne. A l'époque, c'était il y avait plus de 17 ans, j'étais sans emploi. Je débutais dans le métier, trop jeune, trop timide aussi pour demander un éventuel retour d'ascenseur à cette "consoeur" distraite. Qui sait... Ma destinée professionnelle aurait peut-être été toute autre. Il suffit parfois juste d'un peu d'audace :-) Bon week-end, Sen.

Sen 10/12/2006 11:55

Et bien... J'imagine le dilemme devant lequel tu as du te trouver! ça devait être très tentant. En tout cas cette journaliste a eu de la chance de tomber sur une personne honnête! Tu sais, dans ma promo, quand ils ont appris ma mésaventure, une seule personne sur 14 pensait que j'allais sûrement retrouver mon sac. Les autres étaient tous persuadés que je ne le reverrai jamais... et moi la première! Bon, même si il manquait mon portable, j'ai quand même retrouvé l'essentiel, ce qui était loin d'être gagné!

Emmanuelle 08/12/2006 15:18

Bonjour !

J'ai découvert ton blog il y a une semaine, en cherchant des infos sur le CAP de cuisine, formation adultes. Je crois avoir tout lu ! Passionnant ! N'étant pas une habituée des blogs, je n'ai pas trouvé tout de suite où laisser un commentaire... J'ai d'abord envoyé un mail à une adresse trouvée sur le site... Désolée de cet amateurisme... Mais j'ai fini par comprendre, ouf, l'honneur est sauf !

Je renouvelle donc mes félicitations : bravo pour ton enthousiasme et ta persévérance, j'attends la suite avec impatience... Et bonnes vacances !

PS : il m'est arrivé la même mésaventure que toi, il y a bien longtemps, dans un bus bordelais... Mais j'ai été moins chanceuse !

Sen 10/12/2006 11:52

Bonjour Emmanuelle!Honte à moi, j'ai lu ton mail il y a déjà plusieurs jours et, comme d'habitude, à force de vouloir prendre du temps pour bien répondre, je repousse, je repousse et je ne réponds toujours pas!! Je suis très heureuse de lire que mon blog t'as été utile et t'as intéressée, c'est quand je lis ce genre de com que j'ai envie de continuer à écrire ce blog!En espérant que tu continueras à trouver les infos que tu recherches en venant ici!!à bientôt

dragon breton 07/12/2006 10:18

ah oui, ya des jours comme ça... et pour les levers difficiles, moi, ce n'est pas que le lundi, tous les matins, je me dis :" Vivement ce soir que je me couche !", c'est triste à mon âge, mais bon... si les journées faisaient plus de 24h, ce serait bien. Bon courage à toi jusqu'aux vacances !