Sen reprend du service!

Publié le par Chaos Heidi

Voilà. Un nouveau cycle se termine. Encore. Je repars en vadrouille, « Ramble on ! Now’s the time, the time is now » comme dirait Led Zep, soit « Allez, go, faut y aller, c’est maintenant, il est temps », en français dans le texte et en substance.


Mais coupons court immédiatement à ce suspens insoutenable et dévoilons la raison de mon retour et des propos qui vont suivre : je quitte mon job. Ok, super, quel scoop ! Comme si n’avais pas déjà fait ce coup là ! Mais ce n’est pas vraiment tout, je pense quitter la restauration tout court. [silence suffoqué dans l’assistance] [et oui, je me sentais une belle didascalie] [et oui je mets des mots compliqués pour faire ma maligne si ça me plait !]


Je passe sur les raisons détaillées de mon départ, j’aimerais pour une fois ne pas m’appesantir sur le mauvais côté des choses. Retenons pour faire court la fatigue physique due à des conditions de travail globalement éreintantes (mon ostéopathe m’adore, mon porte-monnaie l’aime beaucoup moins), l’ennui et la lassitude d’un job répétitif à l’avenir très incertain (je ne me vois pas en train de faire les mêmes sandwiches/salades dans 10 ans), une ambiance très dégradée depuis quelques temps dans ma boite… et des raisons plus opportunistes mais aussi plus joyeuses : mon chéri et moi emménagerons bientôt dans une jolie maison… à 1h de route minimum (comprendre : sans embouteillages) de mon job actuel. Alors quelquefois il m’arrive d’avoir envie de voir des signes dans la vie, et là les signes me disent qu’il est temps de changer, d’évoluer, de bouger tout simplement.


Alors voilà, Quelle ingrate je fais, après environ 3 ans passés à passer un CAP cuisine, à écumer les cuisines marseillaises et après presque 2 ans dans la restauration rapide, je plaque ce brave secteur d’activité qui m’avait si jovialement recueillie lorsque j’étais blessée ! Je ne regrette pas. Non, rien de rien, je ne regrette rien ! J’ai appris, donc j’ai grandi. J’ai vécu des choses, il y a eu du positif, il y a eu du négatif, plus que je n’aurais voulu en voir, mais il parait que c’est comme ça, c’est la vie.


Et comme la vie est un perpétuel recommencement, me revoilà… peut-être pas de retour au point de départ, mais sur le point d’entrer sur un nouveau circuit, sur lequel je vais surement tourner encore en rond pendant un bon moment avant d’arriver quelque part. Si tant est que tourner en rond puisse mener quelque part. Hem. Tout bien réfléchi, je ferais mieux de prendre une route.


Oui, mais laquelle ? Objectivement, il y en a plein, des routes ! Mais ce serait trop beau si l’une d’entre elle était indiquée avec un bon gros panneau : C’EST PAR ICI ! Imaginez : TON DESTIN 112 km, TON PROCHAIN JOB 54 km, ATTENTION à 100 mètres à gauche, VOIE SANS ISSUE !


Mais laissons cela pour aujourd’hui, il est déjà tard et j’ai envie (besoin ?) de laisser divaguer mon esprit sans limite ni contrainte, sans souci de réalisme juste au gré de mes envies !! Cela donnerait à peu près ça :


Ma liste de mes jobs à moi que je pourrais faire dans ma vie si possible éventuellement pourquoi pas :


-          Chanteuse dans un groupe de métal (pour apprécier mes talents, c’est par ici ou encore  : attention, oreilles sensibles, vous êtes prévenues). Probabilités : tenter le concours de la Nouvelle Star l’année prochaine, sauf que si Lussi gagne cette année, je risque de faire doublon


-          Photographes d’insectes et de choses de la nature, voire de trucs qui se mangent (pour apprécier mes talents – ou pas d’ailleurs -, ben c’est par cette fois et puis encore aussi). Probabilités : passer de 60 photos à vendre dans mes portfolios en ligne à environ 5000 et avec un peu de chance je dégage la moitié d’un SMIC… tous les 3 mois !


-          Rangeuse de bordel. J’aime que les choses soient ordonnées, rangées, classées, facilement trouvables quand on en a besoin. Le tout dans des dossiers de couleurs avec des étiquettes, des lettres, des chiffres, un ordre, une logique ! C’est mon côté psychopathe. Je peux retrouver en moins de 5 minutes si on me le demande une facture de téléphone de février 2005, au hasard !

Tiens, cela me rappelle qu’il y a bien longtemps, dans une vie parallèle, j’ai exécuté un test de personnalité professionnelle dont le résultat me dotait d’un profil atypique (sans blague ??). J’associais deux traits de caractère principaux qui ne le sont normalement pas ou dans de très rares cas : je suis ARTISTE/CONVENTIONNEL. Ca vous en bouche un coin, hein ? En clair, cela signifie qu’il y a en moi un côté instinctif, émotionnel, créatif et rebelle qui cohabite avec un côté terre-à-terre, organisé, analyste et se sentant rassuré dans des cadres établis. Curieux, non ? A vrai dire, plus le temps passe et plus je comprends ce résultat. Je dirais même qu’il résume toutes ces dernières années passées à chercher un équilibre professionnel, tiraillée entre mes études-passions, mes jobs de merde, ma reconversion pratique et terre-à-terre et mon attirance envahissante pour mes loisirs artistiques (musique, photo) que je semble ne jamais être capable d’assouvir totalement sans pour autant décider de m’y jeter à corps perdu comme activité principale.


Mais je m’égare, reprenons ma liste :


-          Bloggeuse existentialiste professionnelle. Probabilités : avait fait un bon début en 2006, mais n’avait pas vraiment saisi le côté potentiellement lucratif de la chose. C’est pourtant simple ! Il y a des gens pour qui écrire est un job !


-          Un truc avec les animaux… les chats, surtout… amuseuse de chats dépressifs, créatrice d’hôtel particulier pour chats…


-          Militante décroissante. Parce que j’aimerais qu’on vive autrement…


…Ou bien j’ouvre à mi-temps un blog sur le thème de la décroissance, que j’illustre avec mes propres photographies, blog qui sera super bien organisé et qui comportera des liens vers ma deuxième activité à mi-temps, chanteuse de métal dans un groupe qui a la particularité d’avoir pour mascotte un chat vivant nommé Nibbler que j’emmènerais partout avec moi (caprice de rock star oblige).


Sinon, si toi aussi tu as des idées de jobs à me suggérer, envoie ID JOB au 36 666 et reçoit mes plus sincères remerciements en retour !


A bientôt,

Je reviendrai,


Signé : Sen, back for good

Commenter cet article

Oxy 22/11/2010 03:38



Bonjour !


Comment débuter ce commentaire...


J'suis tombée sur ton blog un peu par hasard, en cherchant "comment choisir son métier" pas mal non ? xD


J'ai commencé par le début, la culture toussa ben j'ai trouvé ça marrant parce que moi aussi diplômée dans ce domaine... (Je cherche un stage d'ailleurs mais j'me tâte depuis un certain temps,
l'art m'intéresse plutôt, c'est bien mais.. l'art ne paye pas, c'est moins bien... Ou alors si mais pas assez, ou bien t'es pas reconnue.. Enfin, que de joyeuses perspectives; bref. C'était la
parenthèse je raconte ma vie ...)


Je poursuis ma lecture paf la cuisine. J'avoue que j'ai spoilé certaines saisons vu l'heure à laquelle j'écris ce commentaire... Et hop plus de cuisine, mince j'me suis spoilé le final là... Mine
de rien on a des points communs, le métal, les chats..


Chiche d'ouvrir un bar à chats avec des concerts métals ?


Sur cette proposition ô combien inspirée, je termine ce commentaire, j'reviendrais suivre tes aventures. :)



El M. 30/06/2010 01:30



en fait les liens en blanc ça va très bien, c'est la luminosité de mon écran qui est bidon...



Sen 30/06/2010 15:28



héhé, je me disais aussi : mon fond n'est pas noir, il est aubergine! Mais c'est vrai que les liens en blanc ce n'est pas l'idéal, malheureuement, je ne sais
pas comment faire pour modifier celà... j'ai bien essayé, mais il y a un "truc" technique que je n'ai pas du saisir!!



El M. 30/06/2010 01:25



Tous les "CAP cuisine" mennent à Il faut que ça sorte :D visiblement ton blog fait des émules chez
les cuisiner en herbe, en ce qui me concerne j'ai été captivé.


En effet tu as ton style, un parcours pour le moins diversifié et une vision des choses bien explicitée. Tout cela écrit en rose sur fond noir, très bon !!! au fait, je ne connaissais pas ton
blog avant mais pour ce qui est de la typo des liens il serait judicieux de changer de couleur...


Salut Sen, Adeline (?),


Après des études dans la com et le web effectuées complétement en alternance et terminées par un IUP Info-Com, je me suis lancé dans la restauration voilà 3 ans, le 19/06.


Je te passe les détails mais après avoir un peu bougé et construit une petite expérience en gestion de salle, je me suis décidé à ouvrir/reprendre un resto sur Marseille. J'ai qlqs idées sur un
concept sain ludique et de qualité - axé restauration rapide, ou simplement l'envie de reprendre une affaire du midi - cuisine simple avec des produits frais et de qualités - que je développerais
progressivement le soir - bar à vins/bistrot/tapas/fromages/assiettes méditérannéenes...


Bref, sur le point de me lancer la réalité me confirme que les coûts d'un salarié et notamment d'un cuisinier seront mes plus grosses dépenses et qu'il pourrait être plus pertinent et constructif
de commencer par faire le cap, puis faire moi même  et enfin de trouver un p'tit gars qui n'en veut, qlq'un de motivé, organisé, créatif et qui à la patate pour lui confier la gestion de la
cuisine.


Je google donc "cap cuisine marseille" et je tombe sur ton blog et toi.


By the way, mes questions, si tu permets:
- après un cap et des stages pratiques bien sélectionnés est tu capable de travailler en autonomie? Je veux dire de gérer seule un service de 40 à 50 couverts avec par exemple, 8/10 plats directs
et 5 desserts maison ou bien une formule menu 'du jour' et une carte fixe à côté?
- au sujet des cours de gestion/compta t'aident ils à appréhender comptablement la conception d'une carte dans sa globalité? Je veux dire que tu saches créer une carte avec des produits/prix
différents (soupe à l'oignon 5€/foie gras maison/11€ - penne au pesto 9€/côte de boeuf 2 pax/41€) mais compte tenu de tes marges et du nombre de ventes/produits tu t'y retrouves même si tes coef
ne sont pas tous les memes partout... c'est pas clair mais j'espère que tu saisis ;p
- et en ce qui concerne l'apprentissage à proprement parlé, la personne en cap apprend et assimile des choses, recettes, connaissances, savoir-faire auprès du chef et des membres de l'équipe ou
bien est elle condamnée à se taper les basses besognes et autres tâches relouds et ensuite on voit si il reste du temps? En gros l'apprenti est il utilisé comme un commis ou comme un plongeur?


Merci d'avance pour ta réponse, dans cette attente je te souhaite une bonne nuit/journée et surtout un très bon appétit.


Allez salut.


El M.


 


PS=> By R. un blog culinaire que j'aime bien...



Sen 02/07/2010 10:28



Bonjour El M et merci pour tout ces commentaires!


je vais essayer de répondre à tes (nombreuses!!) questions, mais sache que si tu envisages une création, ou même une reprise d'entreprise, il y a des
professionnels bien plus à même que moi pour te répondre sur ces points! Je ne fais ici que raconter ma propre expérience et je ne prétends pas avoir toutes la réponses dans le domaine de la
restauration! Alors je vais te répondre en fonction de mon expérience, qui ne sera pas forcément le ressenti de quelqu'un d'autre.


pour ma part en sortant de mon CAP cuisine, j'aurais été très angoissée de devoir tenir seule un service, même après mes stages. J'ai préféré aller
travailler en grosse brigade, là où on peut tourner sur différents postes, là où on a le temps d'observer et de continuer à apprendre, tout en travaillant. Seul, on a la tête dans le guidon tout
de suite, ça nécesite d'être très sur de soi.


les cours de compta/gestion de la restauration ont été... euh, quasi inexistants. On ne nous a pas vraiment appris à concevoir une carte et à calculer les
coûts de revient, les marges, etc... Et je n'ai encore jamais eu à le faire, puisque je n'ai jamais travaillé pour  moi! Je ne peux pas t'aider précisément sur ce point!


pour ta ernière question : tout dépend où tu fais tes stages! Moi j'ai eu de la chance en général. Il m'est arrivé de faire la plonge, mais sache que dans
les petits restaurants, c'est presque tout le monde qui s'y colle! Perso, pour l'apprentissage, je te conseille plutôt les grosses structures, constituées en brigade car étant plus nombreux, très
organisés, ils ont plus la possibilité de t'apprendre, de te montrer... dans les petits restaurants, il faut aller vite, très vite, parfois même on te parle un peu rudement... c'est comme ça, la
restauration. Je te conseille mon établissement préféré : le sofitel vieux port. si tu fais preuve de motivation et de volonté, va chercher le Chef et il t'apprendra des tas de trucs, c'est
quelqu'un de super et sa brigade est généralement super sympa aussi.





bon, et bien j'espère que je t'ai apporté quelques éléments de réponses! Bonne chance dans tes projts et bonne continuation!



Sen 16/06/2010 14:15



ha mince! je suis bête tu as mis l'adresse de ton site en lien!! Mais c'est donc toi!!! je suis déjà passée devant, je trouvais ça très charmant!!! Il faut
absolument que j'aille te voir un de ces 4!!


bizzz



Myriam 15/06/2010 21:03



Adeline ! Beaucoup d'eau a passé sous les ponts ! Je comprends que la restauration rapide, même de qualité ne soit pas un quotidien épanouissant, après les cuisines prestigieuses où tu es passée,
même si c'est plus cool ! j'ai hâte de lire le prochain épisode de tes aventures. J'ai ouvert un petit salon de thé, je suis toujours pâtissière, et le CAP me semble loin, loin, loin...



Sen 16/06/2010 13:58



hey!! Myriam!!! Comment vas-tu?? Contente de te retrouver ici!! C'est vrai que ça fait un bail...


tu dis que tu as ouvert un salon de thé?? dis moi où! j'adorerais passer te voir! (tu peux m'écrire un message privé si tu préfères, il y a lien tout en bas
de page du blog)


en attendant, je te fais de grosses bizz et espère bien te revoir encore dans les parages!!