La goutte d'eau qui fait déborder le vase

Publié le par Sen

Un nouveau coup de gueule de Sen ! Youpi, ça manquait !

Aujourd’hui j’ai appris, par pur hasard (c’est toujours mieux) dans ce restaurant d’hôtel où je travaille régulièrement depuis cet été, que des pourboires étaient ponctuellement distribués en cuisine… (En fait, vu qu’il s’agit d’une chaine, je pensais qu’il n’y avait pas de pourboires en espèces mais un genre de calcul à la con sur la fiche de paye à la fin du mois)
Il y a donc des pourboires en espèces, mais pas pour les extras !
Ben tiens ! ENCORE un avantage auquel les extras n’ont pas droit. Et ça commence à ressembler sérieusement à du foutage de gueule en y regardant bien.

Alors oui, j’ai choisi d’être extra. Pour la liberté de composer mon emploi du temps à ma guise. Mais tout a un prix, c’est bien connu, même la liberté. SURTOUT la liberté. En contrepartie j’accepte d’avoir une situation précaire (je ne suis jamais sûre du travail que j’aurai, ou non, la semaine suivante) et de gagner peu (7,56 € de l’heure net, et l’incertitude de réussir à aligner suffisamment de jours travaillés dans un mois pour atteindre un salaire correct. Il y a des mois où ça marche très bien, d’autres pas.)

Je fais dans ce restaurant le même travail que tout le monde et depuis quelques mois j’occupe le poste du garde-manger (celui qui s’occupe des entrées et des fromages à la carte, en gros) dont j’ai seule la responsabilité. Donc dans les faits, j’ai la fonction d’un chef de partie. Je suis sur mon contrat commis de cuisine. Ok, je passe sur ça. Mon travail génère des bénéfices à l’entreprise au même titre que n’importe quel autre cuisinier qui exerce le même type de travail que moi. Il existe une prime d’intéressement pour les extras, mais uniquement à partir d’un certain quota d’heures… qui n’est jamais atteint, car on s’arrange toujours pour ne pas embaucher la personne le nombre suffisant de vacations. Déjà ça, ça commence à agacer. Et maintenant, pas de pourboires non plus ? Ha mais oui, mais je ne suis pas là tous les jours ! On ne va quand même pas me calculer mes pourboires au prorata de ma présence ? Ben quand il s’agit de prendre de l’argent, on ne rechigne jamais à faire de sombres calculs alambiqués, quand il s’agit d’en donner, là c’est toujours trop compliqué à faire !
Ha oui, et puis dernière chose, les cuisiniers en extra sont payés exactement pareil que les plongeurs. On ne tient absolument aucun compte de la qualification.

Bon, et puis pourquoi j’ai accepté de bosser pour 7,56 € de l’heure au départ ? Ha oui, parce que j’étais super débutante, que je sortais de mon CAP, que j’étais quasiment pas autonome et que je ne maitrisais vraiment que les techniques les plus basiques. Depuis, même je ne suis pas devenue la meilleure cuisinière du monde (qui pourrait se vanter de l’être ?) j’ai quand même fait des progrès sur tous les plans. Je vaux donc plus que ça. Ajoutons à cela, la mauvaise ambiance latente, l’incompétence quasi-généralisée, le j’en-foutisme scandaleux et l’absence de progression et d’apprentissage personnel et on a le compte.

Parait-il que d’autres hôtels-restos de Marseille payent les extras 9,45 € l’heure. ‘Vais aller y faire un tour, tiens… Et puis l’intérim, pareil, ça tourne souvent autour des 10€ de l’heure en général.

Je sens venir la fin de ma collaboration avec ce resto. Mercenary Adeline va s’en aller se faire vendre ailleurs.

Commenter cet article