Mon expérience dans la restauration rapide, part 5 : Mon départ et conclusion

Publié le par Sen

rest rapide - sandwichQuand je suis partie fin mai, c’est par rupture conventionnelle. Même si je crevais d’envie de tout plaquer et de m’en aller, il était hors de question que je démissionne. Pourquoi moi je perdrais tout mes droits et me mettrais en difficulté à cause de gens qui n’en valent vraiment pas la peine ? La meilleure solution était la rupture conventionnelle. Et quand la dirigeante est venue pour me parler franchement, enfin, et que le sujet a été abordé, j’ai été soulagée. S’ils avaient continué à me faire des ennuis, j’aurais été prête à aller très loin. Donc c’est mieux comme ça.

Et puis c’est marrant, mais plus le temps passait et plus les gens, amis, parents, médecins, à qui je parlais de ma situation au travail avaient tendance à me tendre des cartes de visite d’avocats.

 

Alors quoi au final ? J’avais réussi à obtenir le CDI tant désiré par tous. J’avais des « chouettes horaires » sans doute, mais ça ne fait quand même pas tout !

 

En fin de compte, ce n’est pas tant la nature du travail en lui-même qui a posé problème que l’environnement dans lequel je l’ai exercé. On dirait quand même que je n’ai pas de chance avec les environnements de travail. Alors les mauvaises langues diront sans doute que quand les mauvaises expériences se succèdent, il faut y voir sa propre responsabilité. Effectivement! Ils ont raison! Et je pense que mon problème, c'est que je suis trop gentille. Je laisse s'installer des situations où les gens se foutent littérallement de moi!! J’aimerais croire qu’il est possible de travailler avec des gens honnêtes, francs, droits, gentils, sans avoir à batailler pour ça… Non ? C’est réellement trop demander ??

Bien que je ne me voyais pas faire des sandwiches et des salades toute ma vie et que j’aurais bien aimé évoluer vers des postes plus administratifs et gestionnaires, où j'aurais pu, je pense, être très utile et efficace, travailler dans ce type d’entreprise de restauration rapide ne me déplaisait pas foncièrement. Je me serais bien vu utiliser mon Droit à la Formation pour acquérir éventuellement les compétences spécifiques au management de la restauration que je ne possédais pas encore puis progresser, mais curieusement, en presque 2 ans, je n’ai jamais eu le document qu’on est sensé remettre à chaque salarié en fin d’année l’informant de ces droits à la formation.

 

Malheureusement, ce que j’ai envie de dire, c’est que je ne serai plus jamais GENTILLE dans le cadre professionnel.

On n’est pas là pour être gentils, ça je n’ai qu’à le garder pour ma vie privée. Beaucoup trop de gens ne le sont pas mais par contre adorent les gens gentils. Ils font de parfaits pigeons qu’on peut exploiter sans vergogne. Alors dorénavant, je me méfierai plus, plus longtemps, de tout et de tout le monde. C’est triste, mais c’est comme ça.

 

Accessoirement, j’attends toujours mon solde de tout compte, avec déjà une semaine de retard. On m’a « oubliée ». HA HA HA.

Commenter cet article

greg 28/06/2010 16:56



Pour ce qui du CIF (DIF connait pas:) ) ton employeur ne peut pas te le refuser.


Utilise le bien


 


 



Nicolas Douaud 21/06/2010 17:17




La gentillesse est synonyme de bêtise, et la générosité est une preuve de naïveté, c'est triste à dire mais c'est malheureusement la vérité. Personnellement, j'attend toujours la fin de ma
procédure en justice contre mon ancien employeur qui m'avait licencié (sans motifs) en mars 2009. La fin des hostilités est programmé pour septembre (si tout ce passe bien). Bon courage pour
l'attente de votre solde de tout compte! Merci encore pour ce témoignage.