Mes 5 métiers rêvés - n°5, écrire...

Publié le par Sen

Une conjonction de signes m’a soudainement fait apparaitre cette (brillante) idée d’articles pour mon blog : tout d’abord le site Ma Vie Pro a récemment lancé une série sur les métiers qui font rêver, puis j’ai lu un article dans un magazine sur les métiers de l’archéologie et enfin le hasard de la zapette m’a fait tomber sur un téléfilm allemand à propos d’une tornade dévastatrice qui menace Berlin ! Et c’est de cette formidable suite d’évènements qu’a jailli l’inspiration créatrice !! Hem. Ok, j’en fais trop. Bref.

 

Alors, soyons clair, si tous les métiers que je vais décrire existent vraiment, ils ne sont pas toujours très réalistes, surtout dans ma façon de les aborder, volontairement, euh… onirique ? Idéalisée ? « Bisounourssisée » ??

 

Que ne m’en soucie-je guère, l’objectif de l’exercice est plus de « se lâcher » en libérant son imagination, sa fantaisie et ses rêves les plus fous que de se plomber les ailes à coup de « c’est pas possible », « ça n’arrivera jamais » de « non mais tu crois au Père Noël ma pauvre fille » et autres joyeusetés qui n’aident pas réellement à garder le sourire et à appréhender sereinement aujourd’hui, demain et après-demain !

 

5 – ECRIRE…

 

ecrire.jpgBen tiens ! Et pourquoi ça n’arrive qu’à la fin, hein ? Alors que c’était un petit peu évident tout de même ? C’est vrai, quoi. J’adore écrire, je le fais tous les jours depuis des années, que ce soit sur ce blog ou ailleurs, et avec délectation ! Et puis même mon ancienne patronne était d’accord avec ça. Même si elle aurait préféré que j’aie une conscience plus aigue du chiffre d’affaire que celle de la longueur de mes mails.

 

Alors qu’est-ce qu’on a dans la valise des métiers où on vous passez vos journées à noircir des pages, réelles ou virtuelles ?

 

Les métiers de la communication et du journalisme, par exemple ! Et comment j’imagine ça, moi ? J’y vois des qualités d’observation et d’écoute. Des capacités d’analyse et de synthèse. Il faut être curieux, ouvert, être un « s’intéresse-à-tout » qui a une solide culture générale. On veut transmettre, partager. Il faut aussi être capable d’ingurgiter des informations, quelles qu’elles soient, et les coucher sur papier de façon claire, compréhensible par tous et avec style, parce qu’on n’est pas là non plus pour s’ennuyer ! On a tous eu un jour entre les mains un livre, un magazine sur lequel on s’est endormi hypnotisé par un texte rébarbatif incapable de capter l’intérêt plus de 1 minute 30. La qualité de la plume joue un rôle capital dans la façon dont le lecteur recevra le récit. Le résultat peut être d’abord informatif, mais quelquefois, l’opinion de l’auteur fait partie intégrante de son travail et sa personnalité est engagée dans ses écrits. Et puis les domaines de la communication et du journalisme sont plutôt variés ! L’actualité, bien sûr, mais que de spécialités aussi : il n’y a qu’à regarder la diversité des magazines dans un kiosque pour avoir un petit aperçu des sujets sur lesquels on peut écrire…

 

Sinon, on a aussi écrivain. Ou écrivaine (parce que oui, ça fait un moment que ça se dit maintenant). Bon, là on écrit des trucs un brin plus long que des articles ou même des dossiers. Et puis, c’est souvent fictionnel, alors que le journaliste se fait le reflet (ou relai ?) d’une réalité. Mais je ne suis pas sûre que l’écriture de longue haleine soit quelque chose qui me corresponde ! J’ai souvent dit à d’autres occasions que j’étais plus à l’aise dans le sprint que dans la course de fond, eh bien je pense qu’en matière d’écriture, c’est pareil !

 

Alors quoi en définitive ? Journaliste, secrétaire de rédaction, responsable de communication, attaché de presse, animateur radio, les métiers de l’édition, scénariste de BD, traducteur…

 

L’écriture est vaste. Elle peut être créative comme administrative, informative, engagée, acerbe, ludique, inspirée, poétique, passe-partout, originale, adaptée, conventionnelle, ampoulée, libre, libérée, et bien d’autres adjectifs encore.

Elle est un moyen d’expression parmi d’autres et si elle utilisée dans presque tous les métiers, elle n’en est pas pour autant la matière principale à chaque fois. Vu mon penchant pour l’exercice, il me parait important que je prenne sérieusement en compte cet aspect à l’avenir. Et parmi vous ? Des scribouillards en puissance ?

 

 

Gratter le papier (ou titiller la souris) vous démange ? Je vous conseille :

 

- De lire ! Beaucoup. Souvent. De tout.

- De garder l’esprit ouvert à tout. C’est fou le nombre de choses du quotidien qui sont potentiellement intéressantes si on prend la peine de les remarquer.

- D’apprécier « Exercice de style » de Raymond Queneau, terrible!

- Commencez un blog !

 

Commenter cet article