Mes 5 métiers rêvés - n°4, photographe entomologiste

Publié le par Sen

Une conjonction de signes m’a soudainement fait apparaitre cette (brillante) idée d’articles pour mon blog : tout d’abord le site Ma Vie Pro a récemment lancé une série sur les métiers qui font rêver, puis j’ai lu un article dans un magazine sur les métiers de l’archéologie et enfin le hasard de la zapette m’a fait tomber sur un téléfilm allemand à propos d’une tornade dévastatrice qui menace Berlin ! Et c’est de cette formidable suite d’évènements qu’a jailli l’inspiration créatrice !! Hem. Ok, j’en fais trop. Bref.

 

Alors, soyons clair, si tous les métiers que je vais décrire existent vraiment, ils ne sont pas toujours très réalistes, surtout dans ma façon de les aborder, volontairement, euh… onirique ? Idéalisée ? « Bisounourssisée » ??

 

Que ne m’en soucie-je guère, l’objectif de l’exercice est plus de « se lâcher » en libérant son imagination, sa fantaisie et ses rêves les plus fous que de se plomber les ailes à coup de « c’est pas possible », « ça n’arrivera jamais » de « non mais tu crois au Père Noël ma pauvre fille » et autres joyeusetés qui n’aident pas réellement à garder le sourire et à appréhender sereinement aujourd’hui, demain et après-demain !

 

4 - PHOTOGRAPHE ENTOMOLOGISTE

 

Alors, aujourd’hui il y a deux choses dans ce nouveau métier : il y a la photographie et puis… ben, l’entomologie !

Le goût de la photographie m’est venu il y a une bonne dizaine d’années. A l’époque, je reçois pour mes 20 ans un appareil photo réflex (argentique, of course. Le numérique grand public n’en était qu’à ses balbutiements) et à peu près en même temps, une autre passion nait, conséquence de la première : mon sujet photographique de prédilection devient ces monstres miniatures du jardin que tout le monde déteste ou craint et que moi je trouve formidablement intéressants une fois qu’ils sont grossis par mon objectif.

Depuis l’année dernière j’ai maintenant un chouette réflex numérique et ma chasse s’est décuplée ! J’ai alors entrepris de connaitre tout ce petit monde qui passait sous mon objectif et me suis équipée de livres d’entomologie afin de savoir reconnaitre les espèces d’araignées, de papillons ou encore de coléoptères. En témoignent ces quelques photos :

 

2010-05-02---thomise-verte-zoom-tete---Le-Castell-copie-1.jpgAlors, soyons précis : les araignées NE SONT PAS des insectes ! Ce sont des arachnides. Cependant, la plupart des guides s’accordent à excuser la confusion en intégrant une partie dédiée aux araignées généralement en fin d’ouvrage. Celle-ci est une de mes préférées parce que pour quelqu’un qui est arachnophobe, je la trouve tordante ! Ca conjure le sort, un peu comme Harry Potter et son « Riddikulus ! » qui transforme instantanément une chose redoutable en objet risible. Moi je lui trouve une tête d’orang-outang défrisé ! Bref, je vous présente donc une jolie thomisidae, dite aussi araignée-crabe, qui chasse à l’affût cachée sous les pétales de fleur et se jette sur l’imprudent insecte qui se sera posé là !

 

IMGP0499---Volucella-zonaria---Chez-Christine-83.JPG« Ceci n’est pas un frelon » pourrait être le titre, très Magritte, de cette photo. En effet, nous avons là une volucella zonaria, soit une… mouche (si, si !) de la famille des Syrphes, ceux qui aiment à se déguiser en guêpes et consorts. Taille impressionnante, couleurs impressionnantes, mais inoffensif !

 

 

 

 

 


 

chenille-bleue.jpgLà, nous avons la chenille de La Livrée (malacosoma neustrium) et sa superbe robe bleue ainsi que sa tête hirsute flanquée de deux faux yeux. Là encore un leurre ! Celui-ci, bien connu, est destiné aux oiseaux notamment : « Ne me mangez pas, je suis TRES toxique ! Z’avez vu mes couleurs pas naturelles ? Vous mangeriez ça ? Vous êtes sur ?? ». Les insectes optent généralement pour deux stratégies : le camouflage afin de passer inaperçu ou bien au contraire l’affichage de couleurs criardes visant à décourager l’ennemi ou bien à vous faire passer pour ce que vous n’êtes pas !

 

phasmeEt justement en matière de camouflage, lui est très bon !! A tel point que je n’en ai vu que deux dans ma vie. D’une part, les phasmes sont plutôt nocturnes, d’autre part, ils se confondent tellement bien avec brindilles et branchages qu’il est quasi impossible de les repérer à moins qu’ils bougent.

 

 

 

 

2009-08-02---Tarnetrum-fonscolombii-femelle.jpgPour terminer avec les photos, une de mes préférées ou peut-être MA préférée : Tarnetrum Fonscolombii, une magnifique libellule qui a bien voulu poser pour cette photo que j’adore.

 

 

 

 

 

 

 

 


Alors photographe-entomologiste, ça consisterait en quoi ? Il collabore avec des magazines spécialisés, ou pour la publication d’ouvrages dédiés aux insectes. Il part en vadrouille matériel sous les bras et traque en silence, avec dextérité et précision les plus craintives et les plus inaccessibles des créatures qui peuplent les herbes. Il travaille éventuellement dans une zone naturelle protégée et étudie la faune locale afin de recenser toutes les espèces qui y vivent, et de sensibiliser le public à mieux les comprendre et à les protéger.

Un métier en contact avec la nature, à la fois sur le terrain à vivre la vie des insectes par procuration à l’autre bout de l’objectif, ou bien derrière l’ordinateur à traiter les photos prises et à identifier et classer toute cette faune observée !

 

Certaines des photos que je présente dans cet article sont à vendre. Vous pouvez les retrouver ici ou là !

 

Terroriser tout le monde avec votre collection d’araignées vous émoustille ? Je vous conseille :

 

- Le visionnage sur Très Grand Ecran (parce que c’est encore plus impressionnant) de l’excellent « Microcosmos », LE film de référence en la matière, un de mes films préférés.

Je vous conseille également « Guerre et paix dans le potager », plus ancré dans la vie humaine et agricole (cela se passe dans le potager bio de producteurs bretons) mais filmé à hauteur d’insecte également et très instructif.

 

- De vous équiper d’un bon appareil réflex et d’un objectif spécifique à la macro-photographie, l’idéal pour immortaliser ce petit monde.

 

- La visite de Micropolis, la cité des insectes en Aveyron. Un musée interactif et vivant dédié au monde des insectes.

 

- La lecture de la célèbre saga des « Fourmis » par Bernard Werber.

 

- D’observer Gil Grissom des « Experts Las Vegas », qui est aussi entomologiste! L’entomologie légale ça existe : on tire des conclusions sur le moment ou les circonstances de la mort de quelqu’un à partir des petites bêtes qui y logent dorénavant ! Charmant, n’est-ce pas ?

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

loulou 03/05/2011 16:44



moi ma mère a des phasme les baton et les feuille morte


 



chicharra 11/06/2010 23:28



Avec plaisir pour la communauté "de près", je viens de recevoir mon objectif macro et je commence à découvrir plein de ptites bébêtes insoupçonnées, je ne vais bientôt plus oser marcher en
pensant à tout ce que l'on écrase Lol