La pause quoi? Ou comment manger est devenu optionnel

Publié le par Sen

mini sandwichHaa le journal de Jean-Pierre Pernaut! Voilà une source d'inspiration inépuisable! Allez, trève de plaisanterie, en fait étant seule à la maison aujourd'hui, (c'est mon premier jour sans boulot depuis très longtemps!) j'ai allumé la télé histoire que ma pause déjeuner n'ait pas l'air trop triste. Manger religieusement dans le silence absolu, en tête à tête avec mon assiette, j'ai horreur de ça, ça me couperait presque l'appétit (nooon, je plaisante, il m'en faut plus que ça!). Donc, j'allume la télé et vu l'heure (celle du déjeuner, justement) je suis tombée en plein journal de 13 heures. Et là, de quoi parle-t-on justement? Des - mauvaises - habitudes des automobilistes français, dont celle de manger au volant, qui arrive en tête des activités des conducteurs multi-tâches avec fumer, téléphoner et lire le journal! si, si! (On trouvera également se maquiller - pour les dames - et se raser - pour les messieurs).

 

Et là, voilà servie sur un plateau ma raison du jour pour aujourd'hui de m'insurger. Ceux qui me connaissent ou me suivent depuis longtemps savent ô combien j'aime cet exercice et ô combien le quotidien nous offre son lot de raisons malheureusement valables de le faire. Alors là, ce qui m'énerve, ce sont les raisons de ces comportements, raisons qui n'ont absolument pas été évoquées dans ce reportage qui s'est contenté de faire le listing purement informatif des bêtises des vilains automobilistes. Et ces raisons, voici quelques exemples pour les illustrer:

 

Je viens de passer pas loin de deux années dans la restauration rapide, donc en matière de pause-déjeuner, je m'y connais un peu. Enfin, surtout celle des autres, parce que la mienne, elle était inexistante! En effet, le règlement de mon entreprise stipulait que j'avais droit à 20 minutes de pause dans la journée, à répartir comme bon me semble. Or, le même règlement dit aussi "il est interdit de manger entre 12h et 14h" et  "il est interdit de manger au comptoir à la vue de la clientèle". Donc, quand la production pour la clientèle n'est pas prête avant 12h et /ou quand on est seule dans la boutique et qu'on ne peut pas se faire remplacer au comptoir et que la boutique est ouverte en continu de l'ouverture à la fermeture, on mange quand exactement? Ayant donc passé la majeure partie de mes repas là bas à grignoter un sandwich assise sur une caisse d'oranges cachée par un mur ou encore debout dans un petit réduit fermé pour ne pas être vue de la clientèle, voire sans déjeuner du tout, j'ai un avis assez énervé sur la question.

 

L'employé idéal de demain serait-il celui qui peut résister plus de 8h sans manger?

Pas de repas = pas de pause = plus de temps de travail effectif = productivité accrue.

 

Autre exemple, pris parmi mes anciens clients cette fois : un midi, une dame vient acheter son repas, à emporter. Elle hésite et commente tout haut : "Non, mais la salade, ça va pas être pratique... ou alors je l'assaisonne de suite..." je l'interroge pour tenter de la conseiller et là elle m'apprend que son repas, elle va le prendre dans sa voiture, en conduisant!! "Parce que je n'ai pas le temps de m'arrêter pour déjeuner. Je fais ça presque tous les jours". Inutile de dire que cette dame n'est pas le seul exemple de ce style, j'en aurais des tas à consigner, mais celui-ci m'avait choqué.

 

Encore un autre exemple, bien plus ancien celui-là, j'étais encore chez mes parents, comme quoi, ça ne date pas d'hier. Un jour mon père nous annonce que les horaires de son entreprise vont changer. Il n'aurait plus désormais qu'une heure de pause le midi. Comme il avait l'habitude de rentrer manger à la maison, avec ma mère et moi, celà était dorénavant remis en question car beaucoup plus délicat à gérer niveau temps. D'autres employés étaient dans le même cas et ils en ont fait part à leur patron, qui leur a rétorqué un formidable : "Vous n'avez qu'à faire comme moi. Moi, le midi,  je mange une pomme!".

 

Alors quoi? Peut-on d'un côté "gronder" les gens à coups de grandes et belles campagnes publicitaires en leur disant qu'ils se nourrissent mal, trop vite, trop gras, trop sucré, pas assez naturel, que le repas perd de sa signification, de son importance, qu'il ne remplit plus son rôle de lien social,  et blah blah blah et dans les faits réduire purement et simplement la pause-déjeuner à la portion congrue, voire carrément la nier???

 

Encore une fois, ceux qui me connaissent me reconnaitront bien là : se nourrir, c'est capital! C'est, premièrement, une des conditions sinequanones pour rester en vie et en bonne santé (il me semble, il faudra vérifier, hein, qu'il y a des gens dans le monde qui n'ont pas la chance se poser cette question!). Ensuite, je ne vois pas comment on peut faire correctement son travail dans de bonnes conditions physiques et intellectuelles quand on a le ventre vide ou mal rempli! Enfin, c'est un devoir social il me semble de s'assurer que chaque personne qui travaille ait la possibilité de se nourrir décemment et dans des conditions propices à la prise de repas.

 

Si l'on en vient à manger en conduisant de plus en plus souvent, c'est qu'une fois de plus on a là une illustration de cet engrenage dans lequel nous sommes tous pris au piège : le toujours plus, toujours plus vite. La quantité, au détriment de la qualité. Faisons toujours plus de choses dans une journée, faisons toujours de plus de choses en même temps, compressons, empilons, compactons, multiplions et au final mutilons!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Caroline 11/06/2010 15:36



Cela fait plusieurs jours que je lis ce blog (je prends mon temps) et je voulais laisser un commentaire à la fin mais cette article m'a (encore plus que les autres) interpelé !!!


On ne parle pas assez du pourquoi les gens se refugient vers la restauration rapide (coût, temps). J'y pense tous les jours de la semaine. Véritable casse-tête : "que vais-je manger ?" 1/le resto
bio qui est cher et un peu toujours la meme chose 2/le hamburger belge ou american avec ses frites car je suis trop dégoutée de mon boulot (le pourquoi du comment je lis ce blog) 3/une salade qui
sera pas très bonne n'importe où que j'aille dans mon secteur 4/un sandwich plein de mayo 5/un resto seule (1er poste où j'aime pas mes collègues)... et je suis sûre en regardant autour de moi
que je ne suis pas la seule...


Je profite pour féliciter l'auteur de ce blog. Sa lecture m'a beaucoup aidé dans la reflexion que je mène actuellement. Je découvre tous les jours des articles et ca me tient en halène. J'espère
que tu vas aboutir à un beau projet par exemple à mi-chemin entre la culture, la restauration et la musique, car ca ne peut engendrer que de belles choses !



Sen 11/06/2010 16:03



Bonjour Caroline et merci de ta participation à ce blog!


Eh oui, tu fais bien de souligner les raisons qui font que l'on se tourne vers la restauration rapide, mais ce que je remarquais était encore pire que
d'aller manger vite : c'était ne pas manger du tout! J'espère bien qu'on n'en sera pas tous réduit à celà un jour...!


Merci beaucoup pour tes encouragements! Que dire? que l'auteur ne connait pas la suite de l'histoire, puisqu'elle s'écrit un peu tous les jours! Alors j'espère que la suite de mes projets te plaira autant que ce que tu as lu jusqu'à aujourd'hui! (félicitations pour ta
persévérance, tu as du en lire une bonne tartine!!)


Je suis contente de voir que ce blog continue à aider ceux qui le lisent et se posent des questions comme moi!! Et merci de le partager avec moi via les
commentaires!