Episode 2.01 : Ce soir, c'est mon soir!

Publié le par Sen

Voilà une saison qui débute plutôt bien ! Je me demandais à quelle occasion j’allais ouvrir officiellement ma « saison 2 » et l’opportunité m’a été donnée toute prête vendredi soir. Oui, parce que ce vendredi, mon chéri m’a fait une magnifique surprise : il m’a emmenée dîner chez « Une table, au sud », qui n’est autre que le fameux restaurant gastronomique étoilé où j’ai fait mon stage en juin !

La surprise était très réussie, il m’avait fait croire que nous allions dans un bar du Vieux Port où nous devions retrouver ses collègues et amis pour une soirée à thème spécial « on s’habille classe ». C’était très bien vu, car s’il n’avait pas précisé ce détail, pour une soirée entre potes dans un bar j’aurais probablement opté pour le jean/baskets! Au lieu de cela, j’avais mis une robe noire courte, sobre, et une de ces paires d’escarpins pointus dont on mesure l’élégance au mal qu’ils vous font aux pieds ! Bref, toujours est-il qu’une fois arrivés à l’angle du Vieux Port et de la Rue de la République, à pieds, il me fait bifurquer à droite au lieu de traverser en face comme je le croyais et m’annonce qu’il n’y a jamais eu de soirée « classe » avec ses collègues et que c’est là que nous allons passer la soirée ! Wouah. Pour une surprise c’est une merveilleuse surprise ! Et voilà que je gravis à nouveau ces fameux escaliers au tapis rouge, mais dans des circonstances tellement différentes ! Arrivés au premier étage (et oui, le restaurant est situé au premier étage d’un immeuble qui donne directement sur le Vieux Port), je suis bien sûr très vite reconnue par le Maître d’Hôtel, puis par le sommelier et par la plupart des serveurs/serveuses, qui sont aussi surpris et ravis que moi ! Encore toute émue, je balbutie à chacun d’eux qu’il y a deux minutes à peine, je ne savais pas moi-même que je venais ici, puis nous sommes installés à notre table. C’est alors le Chef qui vient à son tour nous saluer et discuter un peu. Mon homme précise qu’il m’a invitée pour fêter mon entrée en formation au lycée hôtelier. Le Chef, qui a suivi toute l’histoire et m’a soutenue, est sincèrement très content pour moi et ne manque pas de me mettre un peu de pression au passage en me disant que j’ai intérêt à l’avoir, mon CAP !

Au bout d’un moment, je m’aperçois que nous sommes installés dans un genre de « carré VIP » en fait, car tous les gens présents dans cette petite salle (il y en a une autre, plus grande, à côté), connaissent tous le Chef. Et puis la soirée se déroule, le menu, la commande, l’apéritif, les amuse-bouches, les plats… Une seule ombre au tableau : ayant imaginé que nous mangerions un sandwich plutôt rapidement avec les collègues de mon chéri, j’avais bien goûté en fin d’après-midi, en me disant que ça me calerait un moment. Du coup, je n’étais pas vraiment affamée, ce qui est ennuyeux quand on dîne dans un tel restaurant ! J’ai dû me forcer un peu à finir vers la fin et ça gâche malheureusement un peu du plaisir ! La carte a beaucoup changé depuis mon passage. Le Chef la revisite très souvent et l’empreinte des saisons y est très forte : sur la carte du moment, champignons dans quasiment tous les plats : cèpes, girolles, lactaires… Exit les fruits rouges dans les desserts, retour du chocolat, de la figue, de la poire… Je n’ai pas retenu le nom de mes plats par cœur, mais, en substance, j’ai opté pour un crumble de pigeonneau et cèpes aux noisettes fraîches en entrée, thon rouge, fricassé d’artichauts et amandes fraîches en plat et poires pochées avec glace au caramel au beurre salé pour le dessert. Il me serait très difficile de décrire dans le détail chacun de ces plats, une photo serait plus parlante, malheureusement, je n’en ai pas ! En tout cas, c’était délicieux, fin et… copieux également, ce qui pourra peut-être couper court à certains préjugés sur la restauration gastronomique, qui voudraient que les assiettes soient si peu remplies qu’on a encore faim à la fin du repas. Mon homme, qui est un beau spécimen de bon mangeur, est ressorti tout à fait rassasié !
Alors voilà, le repas a fini par toucher à sa fin. Je ne pouvais bien entendu pas m’en aller comme ça sans aller dire un petit bonjour en cuisine ! C’est bien volontiers que le Chef m’y a accompagnée, plaisantant au passage sur la cuisinière en jupette que j’étais ce soir. C’est clair que ça n’a pas grand-chose à voir avec la tenue « tous risques » que je portais pendant mon stage ! Mon chéri en a profité pour avoir un tour gratuit des locaux puis nous sommes repartis. Si je m’étais attendue à ça… ! Vraiment, bien joué mon chéri, cette soirée était tout à fait exceptionnelle !

Aujourd’hui, j’ai un gros rhume… que je dois à mon gentil prof de chant qui me l’a refilé mercredi dernier. Si j’avais été malade comme ça pour aller au restaurant, j’aurais préféré annuler plutôt que de gâcher un moment culinaire pareil avec un nez bouché et une agueusie* prononcée !!
Ce week-end, j’ai aussi reçu un courrier du GRETA m’invitant à la réunion de pré-rentrée, jeudi prochain. Au programme : visite du lycée, rencontre avec les professeurs, remise de l’emploi du temps hebdomadaire… J’ai hâte !
Pour terminer, j’ai trouvé cet article sur le web à propos de mon cher lycée hôtelier, voilà qui est intéressant : l'établissement serait (d’un point de vue purement statistique manifestement) le théâtre des pires violences de la ville. Vraiment difficile à croire…

* Agueusie : de « gueusis », le goût en grec et « a », préfixe privatif. Définition tirée de « l’Aile ou la Cuisse »…

Commenter cet article

Corinne 28/09/2006 18:17

Comme ça fait plaisir de lire ce genre de note :-)

Sen 29/09/2006 11:41

Merci Corinne! Moi ça me fait plaisir de lire tes commentaires!!

ASF 25/09/2006 19:38

mais comment diable ton prof de chant t'a t'il donc refiler son rhume ??? ;-d

Sen 25/09/2006 21:31

Dragon breton : Tu as raison, c'est dailleurs parce que les établissements ont peur de répondre que le lycée hôtelier s'est retrouvé dans ce classement... ça risque d'empirer si ça continue.Largo: T'inquiète pour le rhume, c'est quasi terminé. c'est ça qui est bien avec cette maladie là, c'est que ça ne dure jamais longtemps, même si c'est horriblement chiant quand on l'a!ASF: Et bien en fait, nous faisons cours dans une pièce assez petite et avec une clim' (ya même une mesure d'hygrométrie tout ça machin, car il faut faire attention à la voix). Donc comme il est resté des heures là dedans à éternuer et à se moucher et que le tout a bien macéré avec la clim', le simple fait de pénétrer dans la pièce te refile la crève à coup sûr! :-)))) Je n'ai dailleurs pas manqué de lui envoyer un mail pour lui dire que je le détestais : je suis en congés!! C'est toujours en week-end ou en congés que je tombe malade!!

4largo 25/09/2006 11:59

Un chéri attentif, une formation choisie à venir (et financée :-)), une super soirée dans un super resto, la vie est belle ! (c'est pas un petit rhume qui va venir gacher la fête !). Je suis trés content pour toi.

dragon breton 25/09/2006 10:53

waouh, tu en as de la chance d'avoir un chéri aussi prévenant !Bon, il faut que tu te mettes au karaté alors maintenant ?! ;-) Tout ce que les journalistes ont gagné en publiant les stats des incidents reportés dans les différents établissements scolaires, c'est que plus personne ne va les signaler de peur d'apparaître en tête de liste...