Mon comeback ;-)

Publié le par Sen

Ne serait-ce pas tout simplement l’heure du bilan ? Comment pourrais-je expliquer autrement mes si longs silence sinon ? Ne suis-je pas arrivée, si ce n’est à la fin de l’histoire, au moins à la fin d’une ère ? Celle de la reconstruction de ma vie professionnelle suite à mes débuts cataclysmiques ? Lorsque j’ai commencé ce blog, j’ai entamé mon récit par ma sortie des études et ma première recherche d ‘emploi. J’ai ensuite décrit mes expériences, les bonnes, les mauvaises, les désastreuses et les franchement désespérantes, mes désillusions, ma reconversion et il semble que je sois arrivée aujourd’hui à un nouvel équilibre qui me parait marquer en quelque sorte la fin d’une quête.
Alors après avoir noirci frénétiquement ici des dizaines et des dizaines de pages rageuses comme pour valider à chaque événement les avancées de ma quête, peut-être que je n’arrivais pas à me résoudre à dire (ou plutôt à écrire) que j’arrivais à la fin de mon histoire. Du moins, de celle-ci ! (A l’instar de tous ces fameux blockbusters d’outre-Atlantique, laissons la place à une suite éventuelle, si le succès commercial est au rendez-vous ! Hahaha)

Mais cette fin, ENFIN, quelle est-elle ?? La voici :

J’ai finalement été embauchée cet été, en août 2008, dans une entreprise de restauration rapide à emporter haut de gamme, un concept marseillais, orienté fraîcheur et équilibre, créé de toute pièce par sa patronne qui dirige le développement fulgurant de son affaire de main de maître (déjà plusieurs boutiques ouvertes en quelques 3 années d’existence). Je suis en CDI et je suis payée un peu plus de 1200 € nets. Ma clientèle étant quasi exclusivement constituée d’employés des entreprises environnantes, ma boutique ne sert que le midi, du lundi au vendredi, ce qui me procure l’immense privilège de ne jamais travailler ni le soir, ni les week-ends. Les salades, sandwichs, desserts, etc. que je fabrique et vends sont de qualité, faits le jour même, avec des produits frais. C’est joli et c’est bon. D’ailleurs tout est joli, et pas seulement ce que l’on mange ! Très portée sur le design, la patronne a conçu l’esthétique de ses boutiques comme partie intégrante du produit et une fois franchi le pas de la porte d’une boutique, on comprend tout de suite qu’on n’est pas dans le snack à burgers huileux du coin. Mes fonctions actuelles mêlent production culinaire avec vente à la clientèle et gestion du magasin. Vu le développement constant de l’entreprise, les possibilités d’évolution sont réelles et laissent augurer, pourquoi pas, un jour la possibilité de prendre un poste qui m’éloignera peut-être de la cuisine (j’ai de toutes façons déjà pris une certaine distance avec la cuisine pure avec ce poste !), mais me rapprocherait sans doute plus de mes compétences d’origine… Qui sait ?

Pour l’heure, après bientôt 5 mois, je m’installe dans mes nouvelles fonctions avec assez de sérénité et un sentiment satisfaction au regard du chemin parcouru ces dernières années. J’aurais donc mis 5 ans, depuis ce jour de décembre 2003 où j’avais débuté dans le monde du travail, pour retrouver une situation stable et satisfaisante. It’s a long way… !

Il me reste cependant toujours une pointe d’amertume, qui a une fâcheuse tendance à remonter à la surface de temps en temps, malgré mes efforts résolus pour l’enfouir bien profondément. Cette situation professionnelle, toute satisfaisante qu’elle puisse être, restera toujours un second choix et une sortie de secours, choisie, certes, mais dans l’urgence de me soustraire à un avenir professionnel peu réjouissant et qui se rapprochait à dangereuse allure. Cependant, ayant définitivement tiré un trait sur le type de postes que j’ai pu occuper par le passé, j’ai cédé la place à un vide, que je ne saurais pas vraiment par quoi combler au jour d’aujourd’hui. Mon métier de remplacement est devenu mon métier par défaut, faute de réelle vocation pour remplacer celle qui été si amèrement détruite et dont j’ai fait le récit dans ce blog. Mais, encore une fois, qui sait ? La vie n’est pas finie (du moins je l’espère encore assez longue !!) et mon évolution personnelle combinée aux opportunités que je pourrais rencontrer m’ouvriront peut-être la voie à une autre alternative un jour prochain !

Sur ce… !

Ha j'oubliai! N’appréciant que très moyennement le récit sur mon activité du moment, je ne compte pas donner de nouvelles régulières du déroulement de mon travail, en partie parce que je ne me sens pas libre de mes paroles, que ce soit en bien ou en mal, et que je risque de manquer de recul sur ce que je raconte. Mais il n’est pas impossible que mes interventions futures sur ce blog, aussi irrégulières soient-elles, prennent d’autres formes !

A… plus tard !!! C'est plus prudent! ;-)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Katleen 24/07/2009 21:32

Bonjour,P a s s i o n n a n t , c'est le premier mot qui me vient à l'esprit après la lecture de ton blog. Et tout comme Julien, auteur du précédent commentaire, j'ai "dévoré une partie de la nuit ta reconversion. P e r p l e x l e   est le second quand à ton article "mon comeback". J'avoue ne plus trop savoir quoi penser quand à ton sentiment de frustration. Choisir c'est renoncer... malheureusement ou heureusement parfois aussi.Je suis dans une période d'interrogation pour faire une reconversion. Je voudrai passer un CAP de Pâtissier. Pleins de doutes m'assaillent. D'abord mon âge, j'ai 46 ans (première réaction de ma mère : mais tu n'es pas trop veille ? Merci maman remarque elle sait mieux que quiconque l'âge que j'ai moi j'ai tendance à l'oublier, comme beaucoup, je crois je suis restée à un chiffre bien inférieur!). Ensuite, aurai-je la force (comme tu l'as eu) de pouvoir surmonter toutes les difficultés qui ne manqueront pas de jaillir devant moi (y'a pas de raisons). Le soutien de mon époux me suivra-t-il (je n'oublie pas sa première réaction qui a été : "arrêtes tes bêtises" et qui le lendemain m'a dit : pourquoi pas). Vais-je y arriver ? Et je fais quoi si ça ne marche pas, etc etc....Mille mercis pour ce blogKatleen

Julien L 07/04/2009 16:02

Bonjour,Au hasard de mes recherches, je suis arrivé ici.J'ai passé une bonne partie de ma nuit et d'aujourd'hui à lire votre blog en reprenant depuis le début. J'ai pas décoché. Bien écrit, passionnant (le financement de a formation, quel thriller !!). Comme Sandra dans son commentaire, je songe à changer de voie, sans vraiment savoir encore vers quoi. Et vos témoignages sont vraiment très très instructifs.Entre ceux qui ont déjà choisi ce qu'ils veulent entreprende et ceux qui sont encore à l'étape du gros doute, votre vécu trouve toujours un écho.Félicitation donc, pour la reconversion, pour le blog, et merci.Julien L

kittyscarlett 15/03/2009 15:00

coucou, cela faisait quelque temps que je n'étais pas passée , je suis contente de constater que les nouvelles sont plutot bonnes. Ce nouveau boulot a n plus l'air d'être très très prometteur, ça doit être très excitant d'être à l'origine d'une grande aventure. Peut etre qu'un jour je pourrai déguster tes oeuvres si tu te rapproches de la capitale!

Kloe 31/01/2009 22:23

Je voulais tout simplement te dire Merci!Dans un de tes articles tu disais que une des fonctions de ton blog était le partage de ta reconversion, des hauts et des bas. Et bien c'est réussi, j'ai une passion pour la agstronomie depuis ado et j'ai fait des études scientifiques par défaut. En fait je suis à quelque chose pres dans la meme situation que toi il y a de ça 5 ans sauf que je sais déjà ce que j'aimerais faire.Alors voilà je suis tombée par hasard sur ce blog alors que je cherchais des gens qui avaient l'expérience de reconversion dans la restauration pour connaitre leur chemin, leur doutes, les difficultés réelles du métier, et voilà que en une trentaine de pages, j'ai eu plus qu'un aperçu de la situation qui me fait si peur mais dans laquelle j'aimerais me lancer plus que tout.Bref bonne continuation et encore merci d'avoir partager ton histoire.

Dragon breton 30/01/2009 16:09

Coucou, je repasse par ici de temps en temps, j'ai bien fait aujourd'hui ;-) ton boulot a l'air plutôt sympa, avoir un poste dans la restauration où tu ne travailles ni les soirs ni les week-ends c'est plutôt appréciable.Bonne continuation ! je repasserai :-)et bon courage à Sandra !