Episode 5 : Le c** entre deux chaises!

Publié le par Sen

De la difficulté de travailler pour deux structures distinctes

Haaa! Mon deuxième mi-temps ! Travailler tous les débuts de semaine à un endroit et les fins de semaine à un autre. Partir le mardi ou le mercredi soir en sachant qu’on ne reviendra que le lundi matin suivant, même si des trucs urgents tombent entre-temps. Que de souvenirs charmants. Sauf que pas du tout. Je ne souhaite à personne d’avoir le cul entre deux chaises de cette façon, c’est vraiment une situation très inconfortable, pour plusieurs raisons.

 

 D’une, ça demande une organisation de son travail extrêmement rigoureuse et d’accepter aussi que malheureusement la meilleure organisation du monde ne palliera pas les défaillances des autres ou les imprévus qui anéantissent en 2 minutes tout un planning de tâches ! Il en résulte de trop régulières impossibilités de rendre tel document à telle date précise (ben non, je suis pas là, je suis sur mon deuxième mi-temps), de prendre un rendez-vous à telle date précise (ben non, je suis pas là, je suis sur mon deuxième mi-temps), ou de rappeler en urgence un prestataire qui a laissé un message sur le répondeur (ben non, je suis pas là, je suis sur mon deuxième mi-temps) etc, etc… Et comme j’étais seule sur mes dossiers dans la collectivité, je ne pouvais donc compter sur personne pour le faire à ma place.

De deux, sur mon deuxième poste, où là il y avait une autre personne en permanence, c’était comme si je devais toutes les semaines monter et descendre d’un train en marche et essayer de rattraper les wagons manquants. En effet, à l’inverse de la structure intercommunale, ici les choses ne m’attendaient pas pour avancer et j’avais la désagréable impression d’avoir un métro de retard toutes les semaines en arrivant. Ce qui aurait du obliger la directrice permanente à un genre de briefe hebdomadaire qu’elle n’a manifestement jamais jugé utile. Quand elle était pas là, c’était le must : j’avais au téléphone des gens qui me parlaient de trucs dont je n’étais absolument pas au courant. Bonjour le professionnalisme.

Son cas mériterait qu’on s’y attarde aussi d’ailleurs. Elle est arrivée en mai 2004, remplaçant ainsi le précédent directeur, éreinté et accablé, qui a complètement changé de métier et doit être bien plus heureux maintenant. C’est bien connu, tous les problèmes et erreurs sont toujours le fait de ceux qui sont partis, c’est bien plus commode (je me plais d’ailleurs à imaginer parfois ce qu’on a bien pu dire de moi maintenant que j’ai quitté ce boulot) ! Toujours est-il qu’on a gentiment fait comprendre à ce monsieur qu’on allait recruter quelqu’un de plus compétent que lui tout en le laissant mariner encore 6 mois jusqu’à la fin de son contrat. Je vous laisse imaginer l’état d’esprit et de motivation dans lequel se trouve quelqu’un qui sait qu’il va partir et qu’en prime on a traité d’incompétent… C’est donc dans un état de pourrissement avancé que la nouvelle directrice a pris ses fonctions… Et qu’elle a jugé opportun de poser de bonnes bases pour nos relations en me faisant comprendre que j’étais une « erreur de casting » ! Oui, parce que la dame, doté d’un bac+8 et de plusieurs décennies d’expérience professionnelle spécialisées dans le littéraire, a jugé que ma malheureuse maîtrise d’ingénierie culturelle ne valait pas tripette pour exercer ce type de fonction. Elle ne « comprend pas qu’on ait pas embauché quelqu’un de spécifiquement qualifié dans le livre ». La pauvre, elle ne sait pas encore où elle est tombée, elle va vite comprendre comment on traite les gens ici, qu’il aient bac+8 ou non.

Elle a d’ailleurs compris sans tarder. Mon ancien bourreau Stéphanie D. s’est gentiment occupée d’elle. C’est peut-être pour ça qu’elle m’a progressivement lâché les baskets d’ailleurs. Notre experte en harcèlement de tout poil a infiltré la structure de part ses fonctions de chargé de mission du Conseil Régional en matière de culture puis a progressivement manipulé puis agressé la directrice, pourtant bien plus âgée qu’elle ! Cette fois elle a eu chaud, car ça s’est très mal terminé et elle a échappé de peu à une plainte pour laquelle on n'aurait pas eu beaucoup de mal à trouver une paire de témoins ! Toujours est-il que la directrice a été bien contente de trouver mon réconfort quand elle pleurait (oui, oui !) à cause de Stéphanie D., mais que ça ne l’a pas empêchée de me traiter avec une condescendance extrêmement désagréable jusqu’à la fin… J’aurais encore beaucoup à dire sur ce personnage, mais à moins d’entreprendre un jour l’écriture d’un recueil de portraits façon Jules Romain en moins soft, je vais recadrer le récit sur mon parcours professionnel.

 

Je terminerai juste en disant que ma sensation d’être déchirée plus que partagée entre deux structures n’était guère améliorée par les réflexions systématiques de la-dite directrice lorsque je devais exceptionnellement quitter mon poste pour une réunion spéciale ou un rendez-vous avec le Président. En effet, le Président, lui, se fichait pas mal de mes histoires d’emploi du temps et ne chamboulait pas le sien pour m’accorder un rendez-vous qui ne tombait pas forcément au bon moment (vous vous souvenez : ben non, je suis pas là, je suis sur mon deuxième mi-temps).

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

écrivaine à l\\\'essai 14/12/2006 20:58

Aller je fais une petite pause pour donner un avis:
Waouhhhh ,bien que je cherche à quitter mon emploi je n'ai pas connu le quart de ce que tu as vécu toi!
Deux emplois à gèrer en meme temps!!l bonjour l'organisation!!

Emeline 23/05/2006 21:28

j'adore ton Blog, ton parcours me ressemble, je t'invite à visiter le mien
tu trouveras des anecdotes qui nous rassemblent. sauf, que moi, j'ai 34 ans, ça fait 13 ans que je galère..
l'emploi est difficle à trouver et quand le harcèlement moral se trouve sur le chemin, c'est pénible, mais il faut composer avec, pour ma part, qd le contrat est court, je termine, sinon, je démissionne, mais en général, la période d'essai sert à voir tout de suite ce qui se passe ds une boîte.
Allez courage !! c'est bien de témoigner, ça défoule et ça permets à d'autres personnes, de se méfier aussi §

Sen 24/05/2006 10:16

Merci beaucoup Emeline pour ton commentaire! Je suis allée voir ton blog, effectivement on a des choses en commun! J'ai beaucoup aimé entre autres tes entretiens d'embauche... euh, cosmiques!
je mets volontiers ton blog dans mes liens, à +!