Episode 1 : A la recherche de mon premier "vrai" emploi

Publié le par Sen

Nous sommes à l’automne 2003. Je viens d’obtenir ma maîtrise que j’ai soutenue en septembre. J’ai enfin terminé mes études, je suis contente, fière, je goûte une victoire que j’estime méritée. J’ai travaillé pendant 5 ans après mon baccalauréat Littéraire pour arriver à ce point : je suis titulaire d’une Maîtrise Métiers des Arts et de la Culture et j’ai même été gratifiée du titre d’ingénieur maître décerné aux meilleurs de la promo. Alors maintenant je dois trouver du travail. Je suis confiante mais j’ai quand même peur. Ma valeur dans l’absolu je n’en doute pas, mais ma valeur sur le marché du travail ? Ma valeur par rapport aux autres ? Etre bonne ne suffira pas à trouver du travail, il faudra que je sois la meilleure sur une des offres auxquelles j’aurais postulé. Et à quoi postuler quand on sort de l’école ? Malgré mes 8 mois de stages, les employeurs rechignent à prendre des débutants, ils préfèrent ceux qui ont déjà de l’expérience, qui seront opérationnels et autonomes plus vite.

 Après un été de canicule (et je ne fais pas de mauvais jeu de mot en rapport avec un feuilleton ridicule qui aurait pu être diffusé sur une grande chaîne de télévision française…) le temps commence à décliner, les brouillards, le froid reprennent peu à peu le dessus. Fin septembre, lassée d’avoir à habiter de nouveau chez mes parents que j’avais quittés depuis déjà 5 ans, je vis plus ou moins chez mon copain. Nous partageons 20 dans lesquels j’ai installé mon meilleur ami du moment : mon ordinateur portable.

Mes journées sont réglées comme du papier à musique. Lever avant 9h, puis consultation des offres d’emploi du jour sur divers sites web susceptibles d’en proposer, préalablement enregistrés dans ma liste de favoris. Prospection également des structures où je pourrais proposer une candidature spontanée. A la fin de la matinée, de deux choses l’une : ou bien j’ai trouvé au moins une offre à laquelle postuler et je passe une bonne partie de la journée à rebidouiller mon CV et à rédiger une lettre de motivation, ou bien je n’ai rien trouvé et je me dis que c’est encore une journée de perdue et qu’il va falloir attendre le lendemain en espérant avoir plus de chance. Ensuite, je passe un coup de fil chez mes parents pour savoir si j’ai reçu du courrier, parce que sur mes candidatures c’est l’adresse de mes parents qui figure. Mais 9 fois sur 10, rien.

 

J’ai commencé à travailler en décembre 2003, dans une collectivité locale rurale regroupant 3 communautés de communes, dans une région au nord de la France. C’était un poste de développement culturel en emploi-jeune. Il est certain que je ne suis pas prête de l’oublier ce premier boulot, mais pas pour les raisons que l’on pourrait croire…

Commenter cet article

rosa 18/04/2007 18:30

Que de coïncidences ! ...comme la vie est étrange et remplie de surprises ! ...je m\\\'explique : il y a deux jours, durant la première moitié de la nuit (puisque après je n\\\'en ai plus dormi) j\\\'ai eu la révélation que je devais m\\\'orienter vers la cuisine, aller au delà de ma passion pour la cuisine et l’art de recevoir, pour en faire un métier...en gros : quitter la communication (comme toi titulaire d\\\'une maîtrise!) domaine dans lequel je ne vois pas d\\\'issu pour moi ! ....et là aujourd\\\'hui je tombe sur ton blog qui me renvoie instantanément à ma vie, à mes désirs, à mes choix de reconversion, à mes angoisses (ton petit message très personnel "morceaux de pensées") et je me dis qu\\\'enfin je ne suis plus seule ! J\\\'aimerai sincèrement rentrée en contact avec toi ... peut-être que si tu as un peu de temps tu pourrais m\\\'en dire un peu plus sur l\\\'école, la formation ...et comment ça se passe pour les plus de 25 ans !
En tout cas , félicitation pour ce blog et surtout bonne continuation
bise, rosa

caco 25/03/2007 10:32

Et bien moi je tombe ici complètement par hasard, et je suis ravie de faire ta connaissance :)
C'est ton expérience dans le secteur culturel qui m'intéresse plus particulièrement. En effet, c'est là-dedans que je me démène aujourd'hui. Et oui, il y a tout à faire, à commencer par la reconnaissance des métiers de la culture, parce que même si c'est dur, même si c'est instable, c'est tout de même fondamental !Bon j'arrête là, je ne voudrais pas te rappeler une époque douloureuse. Je retourne lire ;)

marie 12/02/2007 15:42

Bonjour
je cherchais des idées de cuisine pour un atelier avec des jeunes
et je tombe sur ce blog
c'est sympa, dynamique, ça donne envie
même pour quelqu'un qui a plus de 50 ans, et pas très passionnée par la cuisine.
Belle vie
Marie

Sen 13/02/2007 22:14

Bonjour Marie,et merci pour ton commentaire sur mon tout premier article!! A l'époque je n'avais pas encore beaucoup de lecteurs et donc quasiment pas de commentaire! Je suis contente que mon premier post en ait maintenant un grâce à toi!Quant à l'histoire de l'âge... je viens de changer l'entête de mon blog aujourd'hui même, alors plus de restriction d'âge pour se sentir concerné, il est désormais pleinement ouvert à tous et à toutes, sans discrimination! (non mais, 'manquerait plus que ça... que je fasse dans la discrimination, moi!) ;-)))))à bientôt j'espère!